VINS

Sous l’emprise permanente d’un des plus beaux paysages du monde, le vigneron de Lavaux, se révèle poète, respectueux de ce contact privilégié avec les éléments, alchimiste mêlant terre et graviers, tailles et boutures, pluies et lumières, pour que les grappes embellissent, fruits du labeur, fruits du soleil.

Copyright Vins de St-Saphorin (22)_light

Des portes de Lausanne à l’entrée de la vallée du Rhône le vignoble en terrasses de Lavaux forme un panorama grandiose. Avec des vignes plantées en banquettes (et non dans la pente), en suivant les courbes de niveau pour limiter l’érosion, le vignoble de Lavaux forme un relief des plus harmonieux. Le sol de Lavaux est de nature morainique, composé d’argile, de calcaire et de minéraux de toutes sortes, facilitant le drainage naturel des eaux de surface.

En raison de sa précocité et de sa bonne adaptation au climat le chasselas a été planté sur une partie importante du vignoble. Précoce, productif, marqué par le terroir et, aussi le mode de vinification, notamment par les levures utilisées pour faire démarrer la fermentation alcoolique.

Les chasselas concourent depuis plus de 10 ans dans une coupe annuelle réunissant les meilleurs vignerons du moment en Suisse.

Les vignerons motivés à la création de vins nouveaux s’essaient à des cépages plus exotiques, comme la mondeuse savoyarde, en rouge, ou le viognier des Côtes-du-Rhône septentrionales, le chardonnay, le sauvignon, le doral pour diversifier les blancs. En rouge, merlot et syrah se lovent des trois soleils: celui du ciel, la réverbération des murets et celle du lac Léman.

Copyright Vins de St-Saphorin (36)_lightCopyright Vins de St-Saphorin (63)_light

Sous l’emprise permanente d’un des plus beaux paysages du monde, le vigneron de Lavaux, se révèle poète, respectueux de ce contact privilégié avec les éléments, alchimiste mêlant terre et graviers, tailles et boutures, pluies et lumières, pour que les grappes embellissent, fruits du labeur, fruits du soleil.

Des portes de Lausanne à l’entrée de la vallée du Rhône le vignoble en terrasses de Lavaux forme un panorama grandiose. Avec des vignes plantées en banquettes (et non dans la pente), en suivant les courbes de niveau pour limiter l’érosion, le vignoble de Lavaux forme un relief des plus harmonieux. Le sol de Lavaux est de nature morainique, composé d’argile, de calcaire et de minéraux de toutes sortes, facilitant le drainage naturel des eaux de surface.

Copyright Vins de St-Saphorin (79)

En raison de sa précocité et de sa bonne adaptation au climat le chasselas a été planté sur une partie importante du vignoble. Précoce, productif, marqué par le terroir et, aussi le mode de vinification, notamment par les levures utilisées pour faire démarrer la fermentation alcoolique.

Les chasselas concourent depuis plus de 10 ans dans une coupe annuelle réunissant les meilleurs vignerons du moment en Suisse.

Les vignerons motivés à la création de vins nouveaux s’essaient à des cépages plus exotiques, comme la mondeuse savoyarde, en rouge, ou le viognier des Côtes-du-Rhône septentrionales, le chardonnay, le sauvignon, le doral pour diversifier les blancs. En rouge, merlot et syrah se lovent des trois soleils: celui du ciel, la réverbération des murets et celle du lac Léman.

L’Appellation St-Saphorin s’étend du vignoble du Dézaley jusqu’à la commune de Chardonne. Le vin de St-Saphorin issu d’un terroir très typé est un vin corsé et fruité d’une grande finesse. Chaque vigneron travaille dans le parfait respect des traditions, avec des techniques actuelles et un savoir-faire propre qui confère au vin ses spécificités.

St-Saphorin, c’est aussi un village vigneron pittoresque datant de l’époque romaine à visiter absolument et les chansons inoubliables de Jean Villard-Gilles. « Un peu poète sur les bords, qui va boitant du caractère, ballotté entre ciel et terre, Dieu dans l’âme et le diable au corps ».

DCIM100MEDIADJI_0512.JPG

Les saisons du vigneron

L’arrivée du printemps marque le réveil de la nature. L’heure est au travail d’embouteillage et d’étiquetage des différents vins du domaine. C’est aussi la préparation de ces greffons, le bouturage, travail du pépiniériste qui sait redonner vie aux plus vénérables ceps.

Dès que la température monte à 12°, les bourgeons s’ouvrent la vigne «debourre». Juste avant, elle avait «pleuré», au moment de la montée de la sève sur les cicatrices de la taille. A l’ «ébourgeonnage», on choisit le nombre de bois en production.

Copyright Vins de St-Saporin (50)

Jusqu’à juillet, il faut passer régulièrement entre les ceps et pulvériser sur la plante des solutions pour lutter contre de nombreux parasites et champignons qui menacent. A Lavaux, la topographie encourage l’utilisation de l’hélicoptère.

L’été est la période des effeuilles. Dès la mi-juin, la vigne se met à fleurir, puis à se nouer, avant que les jeunes raisins soient prêts à «traluire» -les baies passent alors de l’opacité à la translucidité.

Copyright Vins de St-Saphorin (11)

Dès la floraison, on se met à penser aux vendanges, cent jours après la floraison. Aux vendanges le vignoble est animé, l’ambiance est joyeuse. On parle débourbage, cuvaison, fermentation, des opérations qui permettent au jus de raisin de se transformer en vin.

L’hiver s’ouvre par la taille. «La formation continue du cep ! On lui donne sa longévité». Il y a plusieurs façons de tailler. Le gobelet a sa taille près du sol. Mais de plus en plus les terrasses de Lavaux ont été replantées en travers. Les branches se prêtent alors à la «taille Guyot», nom de son inventeur, ou au «cordon de Royat», une méthode plus moderne. Ces modes de culture permettent de domestiquer la vigne par le palissage : les branches dites «à fruits» sont tirées sur des fils de fer.

Copyright images & textes : Vins de St-Saphorin